J’ai découvert le cabaret vert par une amie le vantant à quiconque a des oreilles. Le 21 juin je pris la décision d’y aller, le seul artiste qui m’intéressait réellement était Vladimir Cauchemar, connu après le buzz de Aulos. C’était mon premier festival, probablement pas le dernier.

 

J’arrive le jeudi 23 août à 14h. Les gens m’avaient prévenu que je verrais des choses incroyable et que ce serait une superbe expérience. C’est exact, 3h à peine après mon arrivée, alors que je n’avais pas bougé du camping, je ne savais déjà pas par où commencer pour raconter toutes les choses invraisemblables que j’avais vu.

 

Ici, les gens fonctionnent quasiment tous de la même manière : réveil à 12h environ, apéro et chill au camping jusque 17-18h puis les festivaliers rentrent sur le site du Cabaret Vert pour voir les premiers concerts, manger, profiter de l’ambiance et reviennent vers 2h du matin au camping pour continuer à faire la fête jusque 6-8h du matin, dormir de 9 à 12h (ce qui est une véritable épreuve avec la musique que les festivaliers passent en boucle sur leurs enceintes personnelles, certaines allant jusqu’à 1000W) puis le cycle reprend et cela pendant 4 jours et 5 nuit, 120 heures de musique électro, house, dubstep non-stop. L’ambiance du camping, la sympathie des festivaliers et l’énergie présente sont des raisons suffisantes pour faire le Cabaret Vert, à cela ajoutez des artistes géniaux, des bénévoles amicaux et …. un unique moyen de paiement.

 

Ce moyen de paiement ce sont les bayards, monnaie composée de pièces de 1 bayard et de 0,5 bayard. Vous devez donc avoir sur vous (plutôt que 20€), 20 pièces métalliques vous encombrant les poches de votre de short, tintantes à chaque saut et alourdissant vos poches pendant de longues heures.

 

Un des aspects important du Cabaret Vert est son coté écolo, en effet les toilettes sèches permettent d’économiser l’eau et les cendriers portatifs distribués dans le festival font extrêmement bien leur travail car le nombre de mégots par terre après 5 jours de fête était quasi nul si l’on prend en compte le nombre de fumeurs au mètre carré. Si vous allez à ce saint festival l’année prochaine vous pourrez vous désaltérer d’eau gratuite et à volonté aux 2 bornes H20 qui ont sûrement sauvées un grand nombre de festivaliers proches de la déshydratation (chaleur, drogues, cris, etc).

 

Je ne parlerai pas en détail de tous les concerts que je suis allé voir. Si je ne devais en retenir qu’un seul ce serait Suprême NTM. Je n’avais jamais écouté de musique du groupe qu’on ne présente plus si ce n’est 2-3 fois en soirée, je pensais y aller et aimer le concert sans plus. 5 minutes après l’arrivée des membres sur scène j’ai compris que je devais rester jusqu’à la fin ou je m’en mordrais les doigts. J’eus bien raison, ce fut le meilleur concert de ma vie.

 

Si vous devez faire le Cabaret Vert l’année prochaine, je vous conseille de muscler vos jambes (100 km parcourus sur les 5 jours) et d’apprendre à aimer la bonne musique.

Article écrit par Killian Mercier.

Mentions légales